03. les différents contextes



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | .
 

 03. les différents contextes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The Game Master
Messages : 46
Date d'inscription : 09/07/2013

avatar
♛ game master
MessageSujet: 03. les différents contextes   Dim 28 Juil - 12:26

dead end



L’enfer n’était pas censé devenir réalité, il n’était qu’une idée abstraite dans la tête des gens. Pourtant, ce fameux jour où l’apocalypse commença, tout le monde s’en souvient encore. La fiction rattrapa la réalité, le but n’était plus de vivre. Il fallait survivre. Survivre à tout prix et contre tous.  

Une invasion zombie, qui l’aurait cru ? Avant cela, énormément d’adolescents un peu trop attirés par les jeux vidéo se seraient réjouis, pensant tout de suite pouvoir foncer dans une horde armés uniquement d’une poêle à frire pour en ressortir en héros, en exterminateur. Mais lorsque l’épidémie fut déclarée, personne n’eut ce genre de réaction en réalisant la gravité de la situation. La vie n’est pas un jeu vidéo. On ne peut pas réapparaître après être mort. On ne sait pas tous manier une arme instinctivement. On ne sait pas tous se battre. Et au final, ce ne sont pas les plus forts qui s’en sont le mieux sortis, mais les plus malins, et peut-être aussi les plus chanceux. De plus en plus d’infectés partout, des réserves de nourriture et d’eau infimes voire inexistantes pour certaines personnes, spécialement ceux fuyant en solitaire. Des planques à l’abri des arbres, l’incapacité de construire quoique ce soit de durable. C’est ce que l’invasion apporta – et ça ne s’arrêta jamais.

Plus d’un an plus tard, l’armée a décidé de réagir. La population, ou plutôt ce qu’il en restait, errait dans les rues dévastés, dans les forêts, sur les routes, à la recherche de sécurité, à la recherche de nourriture. Il fallait arrêter ce massacre, il fallait s’organiser puisque de toute évidence, non, les morts-vivants ne disparaitraient pas d’eux-mêmes comme par magie. La nouvelle se répondit alors comme une traînée de poudre. Il y avait une ville qui avait survécu et où la vie se déroulait comme avant, enfin presque. Un endroit sûr et confortable, à l'abri du danger. En effet un ex-soldat haut gradé avait entrepris - avec l'aide de son groupe de survie, de s'emparer d'une petite partie de Séoul pour la barricader à l'aide d'immense clôtures de fortune. Une fois chose faite, ils se mirent à la recherche de survivant pour constituer une population, ramenant les vivants, peu importe leur état, et surtout, les non-infectés. Bien sûr, rien n’est parfait, des infections internes peuvent arriver, et plus d’une fois, l’alerte fut donnée car un mort s’était réveillé soudainement assoiffé de chair et de sang. Mais peu à peu, un sentiment de sécurité et une routine s’installa, la vie ressemblait presque à nouveau à celle qu’ils avaient connue avant. Ils étaient des survivants, des rescapés.

Il ne fallut pas longtemps cependant pour que le climat dégénère – même si les habitants n’en ont pas toujours conscience. Ils sont sans cesse contrôlés, surveillés, leurs rations sont maigres, tout le monde doit partager, c’est la règle. La ville est gouvernée par son bâtisseur, qui se fait appeler "Gouverneur", entouré de ses bras droits. Une équipe dont le seul but est de contrôler et régner en maître sur les maigres restes de la population coréenne. Beaux parleurs, il savent attirer les gens dans leurs filets et cacher aux yeux des habitants leurs desseins peu scrupuleux, présentant la ville comme un havre de paix. Et pour ce faire, quoi de mieux que de se créer une armée, montrée au peuple comme les protecteurs de la ville, de simples hommes, volontaires et sachant plus ou moins manier une arme. Si certains ont pour véritable but de protéger la ville, d'autres se sont rangés du côté du Gouverneur en échange de privilèges. Ils organisent des combats en arène, opposant certains survivants valeureux ou forcés contre des putrides, s’amusant de leur victoire autant que de leur mort. La moralité n’a plus sa place en ville, de toute évidence, mais personne ne semble se rendre compte de rien, et ça, c'est une bonne chose pour le Gouverneur.



ce qu'il faut savoir :
dead end n’est plus le même contexte que celui de l’ancienne version, mais une sorte de suite, de dead end 2. Les faits ont lieu un an et demi plus tard, vous pouvez reprendre votre personnage, mais il faudra compléter son histoire concernant la suite des évènements.

concernant les nouveautés, vous pouvez jouer plusieurs types de personnages sur dead end, à présent. Vous êtes en droit d’incarner un survivant lambda, soumis aux lois et codes instaurés par les dirigeants, mais vous pouvez également jouer un soldat de fortune, véreux ou non.

Les combats contre les infectés dans l’arène seront possible uniquement lors d’events et autres évènements particuliers, vous ne pouvez pas y rp librement.

Il est théoriquement impossible de sortir de la ville à moins d’obtenir une autorisation spéciale ou de vous en échapper par un passage « secret » ou une brèche dans le mur.

Des infectés peuvent se trouver à l’intérieur de la ville. Les morts (même de vieillesse) finissent par pourrir et se réveiller à nouveau, devenant des morts-vivants. Les corps sont régulièrement brûlés pour éviter une infection générale, mais parfois, certains échappent aux autorités et peuvent se trouver sur la route d’un civil. Le virus se transmet également par morsure, bien entendu. Ouvrez l’œil.

Gardez à l’esprit que votre personnage n’est pas un tueur, un exterminateur ou une armurerie humaine. Les personnages de ce genre sur dead end seront refusés s’ils sont trop dans l’extrême.






liberty



Busan, ville balnéaire, climat toujours agréable et décor digne d’une carte postale dans certains endroits. Vous en avez rêvé toute votre vie – certains pour les raisons citées ci-dessus, mais la grande majorité rêve d'intégrer l’université de Busan. Cette université, c’est simplement une des meilleures du pays, et quiconque en sort avec un diplôme a de grandes chances de ne jamais savoir ce qu’est le chômage ou la recherche d’emploi. Ainsi, chaque année, énormément de jeunes gens viennent s’y installer, pleins de rêves et d’espoir, pleins de motivation. Pourtant, il n’y a qu’une poignée des étudiants qui réussissent leur cursus, qui vont jusqu’au bout sans craquer. Peu importe l’endroit d’où vous venez ou votre histoire, l’école accepte tout ceux ayant les capacités requises pour pouvoir suivre leurs cours, accordant bourses et facilités de paiement aux plus démunis pour peu qu’ils présentent un vrai potentiel. Le potentiel, le talent, c’est tout ce qui compte ici. Avec du talent, on peut aller loin.

Naturellement, des rivalités se forment au fil du temps, chaque année, l’ambiance de l’école change, des groupes naissent, des clans voient le jour sous les yeux des professeurs et élèves. Vous êtes libre d’en rejoindre un, d’en détester un, voire même de les détester tous et de faire cavalier seul, privilégiant vos études aux petites querelles étudiantes. Mais la rivalité scolaire existe aussi, chacun veut être le meilleur ou le plus populaire.

En rejoignant l’université de Busan, en tout cas, vous êtes prêt à vivre une année mouvementée, mais certainement agréable. Pensez-y, une petite virée sur la plage tous les samedis, une après-midi à l’aquarium pendant un jour où il n’y a pas cours, ou peut-être des sensations fortes au parc d’attraction – Busan est un lieu d’amusement pour les jeunes gens, alors n’hésitez pas entre deux séances de révisions, foncez.

ce qu'il faut savoir :
Liberty reste sensiblement le même contexte, avec la petite particularité d’être cette fois centré sur l’université et donc les étudiants, privilégiez ce genre de personnage si vous jouez dessus.

Contexte libre (car c’est bien de là que vient le nom de ce contexte, « liberty », la liberté d’y faire ce que vous voulez) ne veut pas dire poubelle à idées ou grand n’importe quoi. Ainsi, vous êtes invités à jouer des personnages relativement réalistes et simples, l’ambiance de liberty se prêtant à jouer en toute simplicité. Les mafieux, malades mentaux graves, espions internationaux, tueurs à gage et j’en passe n’ont pas vraiment leur place ici.

Il n’y a pas de restriction d’âge sur liberty, vous pouvez y jouer un enfant de 10 ans aussi bien qu’un adulte de 35 ans. Vous êtes complètement libre sur ce point-ci, bien que nous espérons voir plus de personnages étudiants qu’autre chose. Restez tout de même correctes et faîtes en sorte que votre personnage agisse comme une personne de son âge.

Les alliances, clans, voir même fraternités au sein de l’université existent, même si nous ne les avons pas construites. Vous avez donc le droit de décréter que votre personnage appartient à un groupe ou un autre et créer des alliances ou des rivalités avec d'autres personnages.



god child



Avez-vous un jour rêvé d’être exceptionnel ? De posséder un don incroyable, de faire des miracles ? Beaucoup de gens trouveraient cette idée idiote ou peut-être marrante, puisque « c’est impossible ! » et pourtant. Pourquoi en être aussi certain ? Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas touché vous-même par la grâce de dieu que ce n’est le cas de personne. Certains enfants spéciaux naissent, tous les ans, partout dans le monde. Ils n’en savent rien, personne n’en sait rien, pourtant – quelque chose cloche, n’est-ce pas ? Quand un adolescent est subitement capable de rester dix minutes complètes en apnée sans n’avoir jamais fait de plongée, ce n’est pas banal. L’explication existe, et elle n’est pas si compliquée, mais personne ne sait encore – personne n’est vraiment certain de l’origine de ces pouvoirs, surtout pas les personnes concernées. Ils pensent être normaux jusqu’à ce que leurs capacités se développent, à cet instant, certains se mentent à eux-mêmes et font semblant de ne pas les voir, d’autres paniquent et cherchent une explication, mais personne ne les croit. Ils veulent tous connaître le mal qui les touche. Et pourtant, tout est bien plus simple qu’il n’y paraît.

Les dieux. Ils détiennent la réponse, littéralement. La mythologie grecque, connue de tous, n’apparaît que comme un recueil de belles histoires antiques aux yeux de la plupart des gens. Pourtant, ça ne sort pas de l’imagination des grecs de l’antiquité, tout est réel, tout est arrivé. Tout existe. Et les dieux agissent de la même façon que dans les « légendes » depuis la nuit des temps, s’occupant comme ils peuvent en descendant sur terre, se faisant passer pour humains. Et parfois, des unions entre mortels et immortels arrivent, parfois ces unions donnent naissances à des enfants hors du commun, des demi-dieux. Des élus. Ces enfants avec des aptitudes particulières, avec des pouvoirs – ce sont eux, les enfants spéciaux auxquels personne ne croit. Eux qui, eux-mêmes, ignorent l’existence de leurs divins parents, de leurs dons. Pourtant, d’autres savent ce qu’ils sont capables de faire et se penchent sur ce cas, ils veulent les étudier. Et ils ont enfin trouvés une façon, ils ont enfin tout mis en place afin de surveiller ces adolescents et jeunes adultes si particuliers.

L’expérience prend place au cœur des montagnes sud-coréennes, dans un petit village rebaptisé « Olympe », en hommage au mont grec. Des chercheurs, des scientifiques mettent en place une étude à grande échelle sur l’être humain et ses facultés, et vous êtes invités à y participer, que ce soit par lettre ou par téléphone – tous les moyens sont bons, ils vous veulent absolument. « Vous avez été soigneusement choisi pour participer à une étude comportementale traitant des relations humaines ! Votre profil nous intéresse énormément, et nous somme prêt à vous offrir une belle somme afin de vous voir intégrer notre programme, isolés de votre famille, vos amis, mais en pension complète à la montagne. Voyez cette opportunité comme des vacances prolongées et la possibilité de nouer de nouvelles relations ! » qui pourrait résister à une offre aussi alléchante ? Peu de gens, assurément. La plupart d’entre vous n’ont pas été choisis par hasard, vous avez des pouvoirs. Ainsi, vous vous demanderez peut-être si vos aptitudes ne vont pas, encore, vous faire passer pour un « bizarre » au sein de la communauté, vous n’avez que trop connu ça dans votre vie, dans votre parcours scolaire. Mais pourquoi pas, après tout ? Peut-être est-ce là votre jour de chance, au fond. Et pourtant ce que vous ne savez pas, ce que vous ne soupçonnez pas une seule seconde c’est que les autres sont exactement comme vous. Ceci est une conspiration, une tromperie, vous n'êtes que des sujets d'étude. Vous n'êtes que des expériences.

ce qu'il faut savoir;
ϟ God Child est un tout nouveau contexte inédit, il remplace le défunt « Robotics ». Si vous aviez un personnage sur ce dernier sur l’ancienne version du forum, vous êtes invité à l’adapter à god child, si, bien entendu, ce contexte vous attire également. Sinon, dead end et liberty peuvent vous accueillir à bras ouverts !

ϟ Les enfants demi-dieux/demi-déesses ne savent PAS qu’ils ont un parent divin. Ils ont des capacités plus ou moins incroyables et peuvent bien entendu s’en être aperçu (ou non, si elles sont légères, par exemple) mais ils ne savent pas d’où elles viennent, ne comprennent pas leur origine et ne pensent pas une seule seconde à cette explication-ci, même si au fur et à mesure de l’avancement du contexte, les choses pourront évoluer.

ϟ Les promesses des chercheurs ne sont que des mensonges – cette étude comportementale n’en est pas véritablement une, ou en tout cas, pas complètement. Elle se focalise sur vos fameux pouvoirs, même si vous n’en avez pas conscience.

ϟ Il est possible de jouer un personnage « normal » issu de deux parents mortels qui participe également à l’étude. Les scientifiques font participer des personnes sans pouvoirs afin d’observer les comportements de ceux-ci à l’égard des demi-dieux et vice versa. Vous pouvez également jouer un scientifique.

ϟ Il est impossible de sortir de la zone où se déroule l’intrigue, c’est-à-dire Olympe. Le village fut construit spécialement pour l’étude et les sujets sont forcés d’y séjourner et de ne pas trop s’en éloigner. Les communications existent cependant et rien ne vous interdit de téléphoner à votre famille ou entre vous.

ϟ Les pouvoirs sont tous listés dans cette liste. Vous devrez choisir un seul dieu/une seule déesse (ce qui paraît logique) lorsque vous jouez un demi-dieu et n’utilisez que les pouvoirs associés (un seul pour les plus « exceptionnels », jusqu’à trois pour les aptitudes plus passe-partout). Vous avez le droit de proposer votre propre pouvoir, mais nous nous gardons le droit d’analyser votre demande et de possiblement la refuser et vous rediriger vers la liste, nous souhaitons éviter les débordements et les inégalités.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iaas.bb-fr.com
 

03. les différents contextes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Partie 1 - Les Différents types de design
» Test débit très différent
» LA RELIGION ⊰ les différentes divinités
» Les différents Oregon
» Itinéraires, POI, Mapsource et durée des voyages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: hors jeu :: administration :: les incontournables-